Donc je suis allée kyanper dimanche dernier. Huhu.
Direction la gare de Kyôto pour retrouver les amis de l'amie qui nous invitait. Ow, ça devient compliqué sans noms. Je la refais. Avec Blondie que l'on va appeler Lina à partir de maintenant parce que c'est plus neutre comme nom, nous sommes allées avec Chako et ses amis kyanper.
Depuis la gare de Kyôto, un de ses amis, Above nous a amené en voiture jusqu'au kyanpu. C'est à ce moment là que j'ai réalisé que 75% des voitures japonaises sont blanches.
"T'es ou ? Elle est comment ta voiture ?"
"J'arrive, la voiture elle est blanche."
Regard sur les voitures garées dans le parking : OK, elles sont quasiment toutes blanches.
C'est Ford qui aurait été content au Japon, avec son "Peu importe la couleur, tant que c'est noir", qui doit surement être remplaçable par du blanc. L'exact contraire du Toyotisme japonais qui consistait à s'adapter au maximum aux souhaits du client.
[C'était la parenthèse "j'ai quelques souvenirs de mes cours d'histoires de lycée".]

Après une heure de route à travers les montagnes, nous étions dans les environs de Shiga, en haut à droite de Kyôto. C'était joli par la fenêtre pendant le voyage, mais ça tournait beaucoup....
Le kyanpu consistait en fait en un grand chalet en bois, et une grande zone abritée à l'extérieur pour faire des grillades. A quelques minutes à pieds, un onsen.

080 * 081

Arrivés vers 3h de l'après midi, les hommes se sont rués vers les activités viriles consistant à préparer tout ce qu'il convient pour les grillades. Les filles s'occupaient d'installer les futon pour le soir, et les gaijin avaient le droit de rien faire, c'est à dire prendre des photos et boire. Hum// La preuve qu'au Japon, il y a les hommes, les femmes et les gaijin (dans cet ordre d'importance).
Un peu avant 5h, les grillades étaient prêtes à être faites et ce fut le début de la baffre.
Au programme : du bœuf, du porc, des coquillages et des choses marines diverses et variées, des légumes répartis sur deux grilles différentes.

082  * 083

084


J'ai fait des efforts, parce qu'en temps normal, j'aime pas les fruits de mer. Il parait que l'Ise-ebi c'est trop bon (et probablement onéreux), mais j'y vois pas plus qu'une crevette. Le sazae (l'espèce d'escargot de mer), j'ai pas pu l'avaler à cause que gout de mer + gout amer = trop pour moi. L'awabi (le truc informe à coté du gros coquillage), qui est apparemment quelque chose d'assez cher, j'en ai juste mangé un bout pour gouter et pas mourir bête. Le truc est caoutchouteux avec un très fort gout de mer.
Bref, je me suis jetée sur des trucs plus communs juste après, mais au moins le doute (que si ça se trouve, c'était bon, et j'ai raté un truc génial) ne me poursuivra pas.

Après manger, direction les onsen. Assez blindés à cette heure mine de rien. Quelques remarques en vrac parce qu'il est évident que je n'ai pas de photos :
- Les japonais ont aucune hésitation à se mettre à poil, même quand y'a plus de 20 personnes dans la sale.
- C'est courant d'aller aux onsen entre amis. Avoir vu ses amis à poil <=> amis proche
- Un gaijin passe pas inaperçu en temps normal, mais dans ce genre de situations, encore plus. C'est surtout Lina qui a subit parce qu'elle est blonde...
- Prendre un bain bien chaud au clair de lune, c'est quand même stylé.

Retour au chalet, c'est l'heure du repas du soir (non, inutile de raisonner en "on a passé l'après midi à manger des grillades). Qui dit kyampu dit curry parait-il. Donc on a mangé du curry. Laisser des oignons très peu cuit dans un curry parce qu'il est trop épicé, je trouve que c'est une drôle d'idée parce que ça pique encore plus, mais bon. Why not.

A part Above, les autres gens n'étaient pas très bavard. Drôle d'ambiance. Ils ont commencés à parler quand Lina, Chako et moi crevées et un peu blasées sommes allées nous coucher. Pas très cool quand même. Selon elle, c'est le syndrome du japonais qui veut pas essayer de parler en anglais pour ne pas perdre la face vu que son anglais n'est pas parfait. Elle était super gênée vs-a-vs de nous du coup (syndrome japonais de s'excuser pour un truc dont elle n'est absolument pas responsable :p).

Le lendemain, départ assez tôt de la maison après avoir déjeuné du curry de la veille. Curry dès le matin, youpi ! Redirection les onsen pour certains, et promenade dans la montagne pour nous. C'est vraiment très montagneux le Japon (ça, c'est le commentaire facile !)
C'est décidé, on ne passera pas le reste de la journée avec ces gens là, et on va faire un truc rigolo tous les 4. Yahoo ! Nous sommes retournées sur Kyôto vers 12h. On est allés trainer et manger dans le coin car en ce moment, c'est le festival de Gion, et il y a pas mal d'agitation. Direction un petit restaurant de pâtes. Le truc ou même si t'as pas faim, tu finis tout parce que c'est trop bon... Vraiment, à part les fruits de mer d'hier, la nourriture est vraiment bonne ici.

086 * 087


Repas fini, un nouveau petit tour dans le coin, puis direction Arashiyama. Je ne connaissais pas l'endroit donc j'étais contente d'y aller. Ce qu'il y a surtout à voir en plus des éternels temples, c'est la foret de bambou, et c'est vraiment joli. Surtout quand des maiko s'y promènent en même temps que nous.

088  * 089

090 * 091

092 Oui, ce sont de belles photos de touriste :D

Après Arashiyama, retour à la maison pour se reposer un peu. Ça fait du bien, après s'être promené partout. Mais la journée était pas finie loin de là !

Eh oui, car par pure flemme, on est reparties pour manger des takoyaki.
Lina>> "j'ai pas envie de faire la cuisine ce soir"
Moi>> "j'ai toujours pas mangé de takoyaki depuis que je suis arrivée"
Chako>>"Ya une échoppe pas loin, on y va ?"

Je regrette de ne pas avoir pris la photo de la vingtaine de takoyaki qu'il y avait sur notre table, mais on était trop affamées pour penser à des choses aussi triviales que des photos haha.
La table et les verres d'umeshu vidés, les commérages faits, direction la maison. Sauf que "Au fait, Chloé, t'aime bien le karaoke ?" "Ouais, mais j'y suis pas encore allée depuis que je suis arrivée" "OK, on y va".

Voila un jour férié a été rentabilisé à fond, c'est le cas de le dire !